S'abonner à un flux RSS
 

Ecosystème aquatique (HU)

De Wikigeotech

Traduction anglaise : Aquatic ecosystem

Dernière mise à jour : 23/3/2020

Écosystème doué d’une certaine autonomie et susceptible d’être étudié isolément dans lequel le rôle de l’eau est essentiel (cours d’eau, lac, estuaire, etc.).

On distingue classiquement les écosystèmes marins et les écosystèmes continentaux, même si la distinction n’est pas toujours facile (par exemple dans le cas d’un estuaire). Nous traiterons exclusivement ici le cas des écosystèmes continentaux.

Sommaire

Les différents types d'écosystèmes aquatiques et leur délimitation

Classiquement on distingue quatre grandes familles d'écosystèmes aquatiques :

  • les écosystèmes d'eau stagnantes, de type lac ou étang ;
  • les écosystèmes d'eau courante de type rivière ;
  • les écosystèmes qui ne sont pas en eau de façon permanente de type marais ou zones humides ;
  • les écosystèmes de type eaux souterraines.

En pratique, cette distinction est loin d'être simple. Par exemple, les lacs ou les zones humides sont souvent partie intégrante des systèmes fluviaux avec les lesquels ils interagissent fortement ; les rivières et les nappes d'eau souterraines entretiennent des relations très étroites et les échanges sont permanents entre les cours d'eau et leur nappe d'accompagnement.

Les limites que l'on peut mettre à un écosystème ainsi que sa classification ont donc toujours une part d'arbitraire. Cette part est encore accentuée par différents éléments :

  • selon les périodes le niveau de l'eau peut varier de façon très importante et la limite physique de la partie aquatique de l'écosystème n'est jamais la même ;
  • si un étang ou un petit lac peuvent assez facilement être considérés comme des écosystèmes autonomes et constituant un tout, ce n'est pas le cas d'un cours d'eau qui doit obligatoirement être sectorisé longitudinalement alors qu'il y a bien évidemment une continuité depuis la source jusqu'à l'embouchure ;
  • même si la dimension aquatique est par définition principale, tous les écosystèmes aquatiques échangent de façon forte avec leur environnement aérien (échanges gazeux par exemple) et terrestre (apports de matière et de nutriment par exemple) ;
  • beaucoup d'espèces animales non strictement (voire non principalement) aquatiques sont dépendantes de l'écosystème et contribuent à son fonctionnement ; il peut s'agir d'insectes, d'oiseaux, mais aussi de mammifères ; les écotones qui sont à la limite des écosystèmes aquatiques et terrestres constituent d'ailleurs souvent des zones essentielles sur le plan écologique.
Figure 1 : Même si les berges d'un lac de montagne semblent clairement marquer les limites de cet écosystème aquatique, la réalité est souvent plus complexe car ce niveau change selon les saisons, qu'il est alimenté par des eaux souterraines, qu'il alimente un petit torrent, que son remplissage varie avec les saisons; etc ; crédit photo : Bernard Chocat.

Pour ces différentes raisons il est clair que les limites que l'on pose pour étudier un écosystème aquatique sont toujours artificielles et qu'il est indispensable d'étudier également les échanges entre l'écosystème considéré et son environnement.

Différents constituants des écosystèmes aquatiques

Un écosystème aquatique constitue un système complexe, c'est à dire constitué d'un grand nombre d'éléments interagissant entre eux et tel que les relations entre les éléments sont au moins aussi importante que les éléments eux mêmes. Ces éléments sont de deux types : les éléments physiques qui constituent le biotope et les éléments vivants qui constituent la biocénose.

Éléments du biotope

Les conditions de vie offertes par l'écosystème vont bien évidemment conditionner fortement son fonctionnement. Parmi les principaux éléments physiques figurent le climat et la nature de l'écosystème : dimensions, profondeur, vitesse de l'eau, débit (ou plus exactement régime), température, oxygénation, composition chimique de l’eau, nature des fonds, etc..

Éléments de la biocénose aquatique

La biocénose regroupe l'ensemble des organismes vivants qui peuplent l'écosystème. Il existe plusieurs classifications possibles. La plus pertinente vis à vis du fonctionnement consiste à considérer les trois groupes d'organismes suivants :

  • les organismes producteurs primaires (végétaux) : on parle parfois de phytocénose ;
  • les organismes consommateurs (animaux) : on parle parfois de zoocénose ;
  • les organismes décomposeurs (bactéries, champignons, etc.).
Figure 2 : Les demoiselles ne sont pas des organismes vraiment aquatiques mais elles dépendent étroitement de la présence de l'eau pour leur reproduction et leur survie; crédit photo : Bernard Chocat.

Tous ces organismes interagissent entre eux de multiples façons : cohabitation, compétition, prédation, parasitisme. Ils échangent également avec les éléments du biotope qu'ils sont capables de modifier.

Mot en chantier

Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/ecosys/defEcosAqu.html

Outils personnels