S'abonner à un flux RSS
 

Catégorie:Ressources en eau

De Wikigeotech

La question de la ressource en eau est un point crucial dans l’analyse des impacts du changement climatique et des réponses adaptatives qui peuvent y être apportées. En effet, le changement climatique se traduit directement par une modification dans la dynamique du cycle de l’eau, sur les plans spatial et temporel. Par ailleurs, l’eau, en plus d’être une ressource vitale pour les hommes et les écosystèmes, est au coeur de nombreux enjeux (agriculture, énergie, tourisme, …). La sécheresse connue au printemps 2011 pourrait préfigurer des évènements futurs.

Les impacts du changement climatique sur la ressource en eau seront multiples, tant sur l’offre (quantité et qualité) que sur la demande. Les projections des scientifiques indiquent une baisse des écoulements de surface sur la quasi-totalité des bassins versants. Les travaux de Boé (2007) mettent ainsi en avant :

  • en hiver, dans certaines régions, une diminution modérée des débits ;
  • au printemps pas de changement notable ;
  • en été et en automne, une forte diminution des débits ;
  • une augmentation du nombre de jours de la période d’étiage.

En particulier, la baisse des écoulements serait la plus forte dans les zones qui sont déjà concernées aujourd’hui par des déficits structurels. Ainsi, l’un des principaux défis à relever, si ce n’est le plus grand de tous, sera de faire converger une offre qui va diminuer avec une demande qui, déjà par endroits, n’est pas satisfaite et va encore augmenter du fait du réchauffement climatique. Les travaux réalisés dans le cadre du rapport de l’ONERC « coûts des impacts et pistes d’adaptation » indiquent que si l’on considère une stabilité de la demande, un déficit supplémentaire de 2 milliards de m3 pour la satisfaction des besoins actuels de l’industrie, l’agriculture (irrigation) et l’alimentation en eau potable serait observé à l’horizon 2050. Toutes ces évolutions vont générer des contraintes pour les usagers et de nouveaux défis pour assurer la non dégradation des ressources en eau.

Sommaire

Des contraintes pour l’eau potable

L’alimentation en eau potable (AEP) représente près de 18% des prélèvements d’eau. Si, aujourd’hui, il n’y a pas de problèmes majeurs d’AEP, certains bassins pourraient être confrontés à de plus fréquentes pénuries d’eau en raison du changement climatique, même en l’absence d’une hausse de la demande. La dégradation de la qualité de la ressource, provoquées par le changement climatique en raison d’une moindre capacité de dilution des rejets, réduirait l’offre en eau douce de bonne qualité utilisable à des fins domestiques. Ces évolutions pourraient avoir pour conséquence un renchérissement des coûts de production de l’eau potable (difficultés de mobilisation, coût de traitement).

Des contraintes pour l'agriculture

Le secteur agricole, principal usager de la ressource en eau avec 48% de la consommation totale, sera particulièrement affecté par l’impact du changement climatique sur la ressource. Les premiers résultats du programme Climator de l’INRA (Brisson et Itier, 2009) sur le blé et le maïs, montrent que la plus grande partie de la baisse des pluies se traduira pour l’essentiel par une sécheresse hydrologique et pour partie par une sécheresse édaphique en culture pluviale (blé) comme irriguée (maïs). La disponibilité en eau pendant la période de production baissera de façon générale, avec un besoin accru d’apport en eau si les conditions actuelles de production demeurent inchangées. La réduction de la disponibilité en eau devrait en effet engendrer des contraintes de prélèvement plus importantes.

Des contraintes pour les industries et la production d’énergie

Les impacts du changement climatique affecteront la production d’énergie par deux biais :

  • diminution du rendement de refroidissement en cas de réchauffement combiné de la température de l’eau et de l’air associée à un faible débit ;
  • répercussion sur la gestion des ouvrages hydroélectriques.

Des contraintes pour l’assainissement des eaux usées

En cas de baisse du régime des cours d’eau, le maintien des standards environnementaux imposera une intensification du traitement des eaux usées et donc du coût du traitement. Certains impacts du changement climatique sur les systèmes d'assainissement des eaux seront positifs (réactions biologiques accélérées), d’autres négatifs (consommation énergétique, problèmes liés aux odeurs, accélération des phénomènes de corrosion, plus grande concentration des micropolluants).

Des contraintes pour l’assainissement pluvial

Face à un risque de ruissellement urbain augmenté (pluies violentes, engorgement des réseaux d’évacuation), il sera nécessaire et sans regret de réintroduire des modes d’infiltration naturelle et par conséquent de revoir les règles de conception des ouvrages d’évacuation des eaux pluviales.

Des contraintes pour la qualité

La réduction quantitative de la ressource, couplée à une pression anthropique potentiellement à la hausse, à cause de l’évolution démographique, pourrait avoir des impacts non négligeables sur la qualité des eaux.

La gestion intégrée de la ressource en eau par bassin doit être vécue comme une gestion globale qui tient compte des différents besoins en eau, y compris environnementaux, et vise actuellement, dans le cadre des SDAGE approuvés en 2009 pour la période 2010-2015, à atteindre les objectifs de la directive-cadre européenne sur l’eau. Si aujourd’hui la communauté scientifique n’envisage pas, à moyen terme, une situation de véritable pénurie à l’échelle nationale, elle nuance grandement ce discours à l’échelle régionale. En effet, les impacts attendus du changement climatique, dans le sens d’une diminution de la ressource disponible, affecteraient en premier lieu des régions qui expérimentent actuellement des tensions sur la ressource en eau. Ainsi, il apparaît dès à présent nécessaire de prévenir toute situation de rareté de la ressource en eau et de promouvoir à cet effet une stratégie d’économies d’eau et d’optimisation de son usage, visant à limiter la pression sur la ressource, à prévenir les conflits par une gouvernance adaptée et à préserver les milieux aquatiques.

Sous-catégories

Cette catégorie comprend 4 sous-catégories, dont les 4 ci-dessous.

Outils personnels