S'abonner à un flux RSS
 

Coefficient d'apport (HU)

De Wikigeotech

Traduction anglaise : Contributing coefficient

Dernière mise à jour : 15/06/2021

Coefficient égal au rapport entre le volume écoulé par unité de surface du bassin versant et la hauteur totale de pluie précipitée. On parle également de coefficient d'écoulement.

Intérêt et origine de la notion

Le terme coefficient d'apport a été introduit en France par l’Instruction technique INT 284 relative aux systèmes d’assainissement pour le dimensionnement des bassins de retenue (et plus généralement de tous les ouvrages de stockage-infiltration - voir Technique alternative (HU)). La formulation utilisée dans l'Instruction technique était la suivante  : « le coefficient d’apport, Ca, mesure le rendement global de la pluie. Il ne doit pas être confondu avec le coefficient de ruissellement ».

Le produit du coefficient d’apport par la surface du bassin versant fournit la valeur de la surface active du bassin versant. En divisant le débit de restitution de l'ouvrage de stockage-infiltration par la surface active on obtient le débit spécifique de vidange qui est homogène à une intensité de pluie. Il est alors possible de construire des abaques adimensionnels qui sont utilisés dans la méthode des volumes.

Estimation du coefficient d'apport

En l'absence de mesures il est nécessaire d'estimer le coefficient d'apport en fonction des caractéristiques du bassin versant. Les pluies les plus pénalisantes pour les ouvrages de stockage-infiltration (même à l'exutoire de petits bassins versants) sont généralement des pluies longues et peu intenses (la durée de pluie la plus pénalisante dépend du débit spécifique de restitution et non du temps de concentration). De ce fait, conformément à l'avertissement de l'Instruction technique INT 284 relative aux systèmes d’assainissement, le coefficient d'apport peut être significativement différent du coefficient de ruissellement. Pour l'évaluer il est possible d'utiliser les règles suivantes :

  • une partie de la pluie précipitée sur les surfaces imperméables de voirie connectées à l'ouvrage peut s'infiltrer (en fonction de l'état du revêtement, on estime que la capacité d'infiltration des surfaces de voirie est comprise entre 0,3mm/h et 3mm/h) ; il est cependant conseillé de prendre un coefficient d'apport de 1 pour ces surfaces ;
  • selon la pente et la capacité d'infiltration du sol de surface, les surfaces non revêtues (même végétalisées) peuvent contribuer significativement à l'alimentation de l'ouvrage (voir la figure 1) ;
  • dans tous les cas il est nécessaire de prendre en compte la surface de l'ouvrage lui-même avec un coefficient d'apport de 1.


Figure 1 : Abaque de calcul du coefficient d'apport des surfaces de pleine terre pris en compte par le logiciel Parapluie en fonction de la pente moyenne du terrain et de la capacité d'infiltration du sol de surface exprimée en mm/h.

Voir : Coefficient de ruissellement (HU)

Outils personnels