S'abonner à un flux RSS
 

Repère de crue (HU)

De Wikigeotech

Traduction anglaise : Flood marker

Rédacteur : André Bachoc

Dernière mise à jour : 7/1/2020

Marque matérialisant les niveaux maximaux atteints lors des crues historiques d'un cours d'eau.

Importance et intérêt des repères de crue

Les repères de crue se présentent sous différentes formes (trait ou inscription gravée dans la pierre, plaque métallique, macaron scellé, etc.) et on les trouve sur différents types de bâtiments (bâtiments publics ou privés, quais, piles de pont, etc.). Au-delà de ces marques physiques, on considère également, par extension, des marques temporaires indiquant le passage de l’eau, des témoignages, des photographies voire des iconographies anciennes.


Repère de crue sur le Vidourle ; crédit photo Patrick Savary.

Témoins des grandes crues passées, les repères de crue permettent de conserver la mémoire des inondations. Les communes ont d’ailleurs l’obligation d’utiliser ces outils pour informer les citoyens sur les risques majeurs qu'ils encourent en matière d’inondation. L’article L563-3 du code de l’environnement (article 42 de la loi n°2003-699 du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages) précise en effet que « dans les zones exposées au risque d'inondation, le maire, avec l'assistance des services de l’État compétents, procède à l'inventaire des repères de crues existant sur le territoire communal et établit les repères correspondant aux crues historiques, aux nouvelles crues exceptionnelles ... la commune ou le groupement de collectivités territoriales compétent matérialise, entretient et protège ces repères. ».

Ces marques d’inondation constituent des données précieuses pour de nombreux acteurs :

  • le grand public : premier acteur de la culture du risque ;
  • les maires et les services des collectivités territoriales compétentes ;
  • les responsables de la prévention du risque et de la prévision des crues et des inondations au sein des services de l’État ou des établissements publics territoriaux de bassin : données historiques indispensables aux études.


Repère de crue à Quissac (vue générale et détail) ; crédit photo Patrick Savary.


Vers un référentiel des repères de crue

Afin d’informer au mieux les citoyens, certains acteurs publics (services territoriaux de l’État, Établissements Publics territoriaux de Bassin (EPTB), Syndicats Mixte de rivières, etc.) recensent et inventorient les repères de crue. Ils mettent en ligne des cartographies les répertoriant ou des bases de données présentant des fiches descriptives pour chacun d’entre eux. On peut trouver ce genre de ressources virtuelles sur de très nombreux sites gérés par de multiples institutions : la Diren Ile-de-France, Bassin de la Seine ; la DREAL Bourgogne-Franche-Comté et l’EPTB Saône-Doubs (Dziadkowiak et al, 2016) ; l’EPTB territoire Rhône ; le Syndicat Mixte d’Aménagement des Bassins Versants du Gard Rhodanien ; la DREAL des Pays de la Loire ; la DREAL Occitanie, etc.

Pour fédérer cette information au plan national et offrir à l’ensemble des services un outil d’archivage et de valorisation des données, le réseau pour la prévision des crues et l’hydrométrie a lancé en 2011 le projet « repères de crues » et, en 2014, la réalisation d'une base de données nationale de repères de crue et d'un site internet collaboratif (Piotte et al, 2016), dont l’objectif est de mettre en place une base de données nationale ainsi qu’un site internet dédié aux repères de crues.

Les données cibles de ce nouveau référentiel sont les repères de crue au sens large, y compris les marques d’inondation sous toutes leurs formes, pour tous les phénomènes d’inondation couramment rencontrés (débordements de cours d’eau, submersions marines, ruissellements, remontées de nappe, etc.).

La gestion des données est organisée pour pouvoir impliquer l’ensemble des acteurs concernés au travers d’une approche collaborative : le citoyen (potentiel contributeur), le service expert (gestionnaire du recensement sur un territoire et responsable de la vérification des contributions et de l’expertise des données), ou les services techniques des collectivités et de l’État pressentis comme contributeurs majeurs.

La plateforme internet

Page d'accueil de la plateforme collaborative.


Partie visible du projet, la plateforme internet cartographique et collaborative (http://www.reperesdecrues.developpement-durable.gouv.fr/), sera adossée à une base de données permettant de rassembler à terme tous les recensements existants et d’accueillir les futures contributions, en permettant :

  • la consultation des données, avec des possibilités d’affichage sous forme de liste, de carte ainsi que des fonctions de recherche ;
  • la contribution au recensement pour les utilisateurs authentifiés ;
  • la gestion et l’expertise du recensement par les services référents.

Cette plateforme internet est conçue pour être compatible avec les supports mobiles (tablettes, ordiphones, etc.)(Rey-Brahmi, 2016). Elle permettra par exemple de nouvelles fonctionnalités orientées vers le grand public :

  • possibilité de contribution depuis un appareil mobile en exploitant le positionnement GPS et l’appareil photo intégré ;
  • fonction de recherche des repères de crues situés à proximité de l’utilisateur, à partir de sa position GPS.

Outre les tâches dévolues aux services experts, la plate-forme internet peut s’intégrer dans des actions éducatives de sensibilisation au risque inondation, et permet de proposer au citoyen de contribuer à la connaissance collective. Elle fait partie des produits regroupés sous la marque « Vigicrues ». (voir http://www.vigicrues.gouv.fr/ ).

Bibliographie

  • Dziadkowiak C., Boujard O., Vereecke J., Lyvinec E. (2016) : Observatoire de l'hydrologie de Franche-Comté ; La Houille Blanche, 5 (2016) ; pp 11-16.
  • Piotte O., Pasquet F., Chaleon C., Chambon D., Thomas L., Souldadié J.-L., Perherin C., Galiana C. (2016) : Vers une gestion collaborative des recensements de repères de crues ; La Houille Blanche, 4 (2016) ; pp 11-17
  • Rey-Brahmi, P. (2016) : Vigicrues renforcé pour les élus, , Environnement magazine, 4 novembre 2016, disponible sur http://www.environnement-magazine.fr/article/48443-reperes-de-crues-une-nouvelle-plateforme-collaborative
Outils personnels