S'abonner à un flux RSS
 

Bac à traille

De Wikigeotech

Le Bac à traille : un traversier sur le Rhin - 0% énergie consommée - 0% GES - 100% écologique

Le Rhin disposait en plusieurs endroits de son cours de traversiers, qui permettaient de relier des sites souvent éloignés des ponts des centres urbains en transportant personnes et marchandises et véhicules. Plusieurs d'entre eux ont été petit à petit abandonnés, souvent faute de moyens pour les maintenir en fonctionnement. Récemment, plusieurs collectivités ont décidé de remettre certains bacs en service, les considérant comme des éléments valorisants du patrimoine local et du tourisme fluvial. C'est en particulier le cas du bac à traille de Seltz.

Un autre exemple intéressant plus spécifiquement le tourisme est le service offert par la compagne Fähri sur le Rhin à Bâle qui organise des traversées avec de petits bacs écologiques qui utilisent la force du courant.

Le bac à traille de Selz, était utilisé autrefois pour pallier l'absence de pont. Il va être remis au goût du jour sur le Rhin. Il permettra de relier la commune de Seltz en France à celle de Plittersdorf en Allemagne.

seltz localisation
bac a traille

Le Conseil Général du Bas-Rhin prévoit en effet la remise en état d'ici fin 2010 du bac à traille. Il s'agit d'un bac pendulaire non motorisé, amarré à un câble suspendu entre deux pylônes situés légèrement en amont, de part et d'autre du fleuve, et qui se laisse déporter par le courant d'une rive à l'autre. Le simple fait d'incliner le bac par rapport au sens du courant à l'aide du safran du navire permet de bénéficier de poussées latérales de l'eau sur la coque et d'avancer ainsi perpendiculairement au courant dans le sens voulu.
Ces ouvrages ont été parfois utilisés, souvent de manière provisoire à l'occasion de la construction de ponts, plus rarement comme ouvrages définitifs, et ils sont aujourd'hui tombés en désuétude. Pourtant, dans certains cas particuliers, ils peuvent être une alternative pertinente dès lors qu'on apprécie les solutions sous l'angle du développement durable. Ils minimisent en effet l'impact sur la rivière en évitant la construction d'appuis dans le lit mineur. Ils sont économes en matériau et en énergie, et évitent les longues rampes d'accès au franchissement qu'imposent le respect du gabarit de navigation très important (7m sur le Rhin) et la hauteur propre de l'ouvrage (plusieurs mètres pour un grand ouvrage) sur chaque rive, soit par exemple environ 500 mètres de tablier dans le cas du pont Pierre Pfimlin sur le Rhin à Strasbourg. On peut également souligner qu'ils ne consomment pas d'énergie en service, qu'ils créent de l'emploi sur le long terme, et s'inscrivent avec discrétion dans le site naturel.
La comparaison avec un lien fixe est particulièrement intéressante dans certains cas particuliers, notamment lorsque le franchissement est important, avec des contraintes de gabarit élevé et que le trafic attendu est modéré, sous réserve bien sûr d'asseoir ses choix à l'aune de critères globaux incluant les volets économique, environnemental, social et durable.
Le bac dont il est question permettra de transporter d'une rive à l'autre piétons, cyclistes et véhicules légers (moins de 3,5 T). Sa capacité maximale sera de 6 véhicules légers, 28 cycles et 70 piétons. Sa mise en service est prévue d'ici la fin de l'année 2010.
Le Cete de l'Est est intervenu en assistance du Conseil Général du bas Rhin, tant par le passé pour l'assistance à la gestion de l'ancien bac, qu'aujourd'hui pour sa réfection.

Outils personnels