S'abonner à un flux RSS
 

Wikibardig:Crue historique du Rhône de 2003

De Wikigeotech

Sommaire


Au début du mois de décembre 2003, des pluies importantes ont frappé le sud de la France provoquant des inondations dans de nombreux territoires. L'ensemble du Sud-Est est touché. De nombreux cours d’eau sont en crue et sortent de leur lit.

Cet événement a engendré une crue exceptionnelle du Rhône en aval de Valence. Cette crue fait partie des trois plus fortes jamais connues depuis le 19ème siècle (avec celles de 1840 et 1856). Le 4 décembre, le Rhône gonfle et atteint des niveaux rarement observés jusqu'alors notamment à Beaucaire (12500 m3/s). Toutes les communes bordant le Rhône du Gard et des Bouche du Rhône, sont touchées par des débordements dommageables dont Avignon et Arles entre autres. La rupture des digues du Rhône situées en amont de la commune d’Arles a libéré plusieurs millions de mètres cubes d’eau qui ont envahi une zone étendue et notamment les quartiers du nord de la ville et la Camargue gardoise.

Comme le montre l’image satellitaire ci-dessous, une grande partie du delta du Rhône n'est qu'une vaste étendue d'eau, de nombreux villages et habitations sont coupés du monde. De très nombreuses personnes sont sinistrées et plus de 7 000 personnes sont évacuées.

Arles-Image Satellite.jpg Image satellite de l’étendue des inondations de la crue du Rhône de 2003 (source SPOT image).

Contexte météorologique

La crue du Rhône de décembre 2003 s'inscrit dans un contexte météorologique exceptionnel.

L’épisode pluvio-orageux déclencheur de l’événement est caractérisé par :

  • Une durée temporelle longue (plus de 48h) ;
  • Une intensité importante avec des cumuls des pluies pouvant aller du 30 novembre au 2 décembre en Ardèche : 393 mm à La Souche, 380 mm à Loubaresse, 367 mm à Barnas (voir carte ci-dessous).
  • L’importance de la zone géographique concernée car l’événement est généralisé sur le quart sud-est de la France (voir carte ci-dessous) ;

Arles-CartePluviometrieBis.jpg

Carte des hauteurs cumulées des précipitations du 30/11 au 3/12/03 (source Météo France).

Avant cet épisode pluvieux, les sols et les « réserves » (barrages, Zec…) étaient déjà saturés d’eau par les nombreuses pluies précédentes selon le Centre Météorologique Interrégional d’Aix-en-Provence (CMIR).

Arles-CartePluviometrie.jpg Carte cumul des pluies (source Météo France)

S’étaient notamment produits 2 épisodes de précipitations de type Méditerranéen, les 15 et 16 novembre puis du 21 au 24 novembre 2003.

Ce phénomène typique de la zone méditerranéenne, comme son nom l’indique, conduit à des crues soudaines : l’équivalent de plusieurs mois de précipitations est enregistré en seulement quelques heures. Ces épisodes de pluies intenses sont liés à une perturbation issue de la collision entre des masses d'air froid situées au-dessus des terres et de l'air chaud saturé en humidité en provenance de la Méditerranée.

Description de l’inondation engendrée par la crue du Rhône

Le pays d’Arles

Ce territoire est particulièrement exposé aux crues du Rhône, du fait de sa topographie très plate et peu élevée, la crue de décembre 2003 a engendré l’inondation des quartiers du Trébon et de Monplaisir sur la commune d’Arles.

La crue débute le 1er décembre 2003 et atteint son pic à environ 12 500 m³/s le 4 décembre à 03h00 (Beaucaire). Entrainant de nombreuses inondations, elle est tout à fait remarquable, par :

  • L’importance des débits atteints : environ 12500 m³/s à Beaucaire
  • sa cinétique : entre le 1er et le 2 décembre, le Rhône est passé de 1 800 à 8 000 m3/s à Viviers et de 2 400 à 10 000 m3/s à Beaucaire en moins de 30 heures. Son gradient de montée a atteint à Beaucaire 200 m³/s en une heure.

Sa période de retour est estimée à plus de 200 ans. Au total, il est estimé que plus de 3.7 milliards de m³ d'eau se sont écoulés à Beaucaire entre le 1er et le 4 décembre.

Arles-Hydrogramme Bis.jpg

Hydrogrammes (valeurs brutes) sources Analyse hydrologique crue 1-6 décembre 2003 (source rapport de crue CNR)

L’inondation du territoire Arlésien est due à la fois à une défaillance du système de protection contre les inondations implantées sur les rives du Rhône et à la topographie de la commune qui fait que 86 % du territoire communal Arlésien est située en zone inondable avec notamment une topographie de sa plaine qui entrave le ressuyage (Source : site de la ville d’Arles).

Arles-Topographie.jpg

topographie du secteur Tarascon / Arles -www.contratcanal-comtat-et-mer.fr

Le 3 décembre vers 21h30, se produit une rupture par surverse des merlons de protection de deux des quatre trémies de la voie ferrée, au sud de la commune de Tarascon.

Arles-RuptureMerlonVoieFerree.jpg

Rupture des cavaliers de protection de la trémie/ source PPRi d’Arles

Le remblai de la voie ferrée est la seule protection dont dispose le quartier du Trébon au nord d'Arles. L’eau fait alors irruption à l'est de la voie ferrée, dans la partie nord de la commune d'Arles. Elle s'engouffre d'autant plus facilement que le Trébon (voir la figure ci-dessus), se situe à un niveau topographique de l’ordre de 4 m NGF alors que le quartier des Ségonnaux, à l'Ouest de la voie ferrée, se trouve à 6 m NGF. L’eau est piégée entre la voie ferrée à l'Ouest et le canal du Vigueirat à l'est (canal surélevé par rapport à la plaine). De plus l’eau ne pouvait s'évacuer que de façon partielle par les deux siphons d'évacuation (siphons de Flèche et de Quenin) qui sont alors défaillants : l'un s'était effondré et l'autre était partiellement obstrué.

Les quartiers situés au nord d'Arles (Zone Industrielle nord, Trébon et Monplaisir) sont occupés par des habitations individuelles et collectives, des zones d'activités ainsi que par des bâtiments et équipements publics (piscine, écoles et la prison). Ils ont été submergés par 16 millions de m³ d'eau environ (selon une estimation de la sous-préfecture), avec des hauteurs d'eau allant de 60 cm à 2 m et cela pendant 10-13 jours. Cette situation a entrainé notamment l’évacuation le 5 décembre de la prison d’Arles (194 détenus).

Arles-Plan-Situation.jpg Vue aérienne d’Arles après l’inondation du 1-4 /12/2003 / www.arles-en-crue.com

Le centre-ville a été relativement épargné à l'exception des quais qui ont été submergés et abîmés.

La campagne arlésienne a été, quant à elle, largement inondée par l'accumulation des eaux de pluie, non évacuées en direction du Rhône, à cause de la fermeture des canaux agricoles, et de la présence d’une brèche dans le canal du Vigueirat.

La Camargue « gardoise »

Lors de cette crue, la Camargue entre le Rhône et le Petit-Rhône n’a été inondée que par son impluvium.

Le 3 décembre en début de matinée, aux lieux-dits Mas d’Argence (entre Fourques et Saint-Gilles) et Claire-Farine (entre Saint-Gilles et Sylvéréal) deux ruptures importantes de digues se sont produites.

Ces brèches d’environ de la taille du lit ont été générés selon le rapport établi par Patrice Meriaux d’Irstea (p72 rapport colloque d’Arles 2004) par des phénomènes de surverse, avec peut-être la contribution d’un mécanisme d’érosion interne pour celle du Mas d’Argence.

BrecheClaireFarine.jpg

Brèche de la digue de Claire-farine le 3 /12/03 source mémoires des catastrophes.org

Il est à noter que sur l’ensemble du delta du Rhône le phénomène des remontées de nappes a aggravé largement l’inondation des terres (notamment pour la durée).

Bilan (sur l’ensemble des territoires impactés)

Le bilan humain s’élève à 7 morts sur l'ensemble de l’épisode et la totalité des territoires impactés.

Les dégâts matériels sont énormes, car cette inondation a concerné un territoire d'une superficie considérable, répartie sur 24 départements. 1346 communes ont été classées en zone de catastrophe naturelle. Les dommages ont été estimés à environ un milliard d'euros (1.092 milliard d’euros), dont 435 millions pour le seul département des Bouches-du-Rhône, et 300 millions pour celui du Gard.

La mission d’inspection du Ministère de l’environnement a établi la répartition des dommages pour les 24 départements concernés.

Graphiques Degats Rhone 2003.jpg Répartition des dommages pour 24 départements sources mission d’inspection du Ministère de l’environnement

Quelques exemples d’enseignements tirés suite à la crue de 2003

La mise en place du Plan Rhône

La crue de 2003 conduit à une accélération de la réflexion stratégique globale à l’échelle du bassin-versant (de la frontière Suisse jusqu’à la mer) pour l’aménagement de prévention du risque inondation. C’est dans ce contexte que s’est développé le Plan Rhône, produit d’un partenariat Etat / Régions.

Bien que l’accent soit mis sur les inondations, ce vaste plan traite le Rhône dans sa globalité à travers ses 6 volets.

Ces 6 éléments ont été mis en œuvre pour développer une stratégie collective et durable pour cette partie du territoire. Ils ouvrent ou approfondissent de nombreuses composantes du territoire rhodanien tel que :

  • La prévention des inondations ;
  • La qualité des eaux, ressources et biodiversité ;
  • Le transport fluvial ;
  • La production d’énergie ;
  • Le tourisme et le patrimoine ;
  • Les dynamiques territoriales et sociétales.

Réforme des Services de Prévision des Crues

La crue de décembre 2003 conduit à l’accélération de la réforme des services d’’annonce des crues dans le bassin Rhône-Méditerranée. Cette réorganisation confirme la pertinence du découpage géographique des Services de Prévision des Crues et l’unité géographique du service dit « Grand Delta ».

Les outils de vigilance développés depuis 2006 sous l’égide du SCHAPI, (Service Central d’Hydrométéorologie et d’Appui à la Prévision des Inondations) permettent une meilleure anticipation des crues.

Des informations sont disponibles en temps réel pour les riverains, sur le site www.vigicrues.ecologie.gouv.fr (portail officiel pour les crues).

Pour aller plus loin

https://memoiresdescatastrophes.org

http://sdis13.fr/.../download/2377/14664/file/InondationsArles.pdf

http://ccbr.lyon.cemagref.fr/IMG/pdf/70_Synthese_hydrologique_Crue_dec_2003__chap_2_CNR_sept04.pdf

http://planrhone.fr/

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/Risque/RisqueDoc.htm

http://www.ville-arles.fr/environnement/risques-majeurs/risque-inondation/la-carte-de-vigilnce-crues.php

https://fresques.ina.fr/reperes-mediterraneens/fiche-media/Repmed00541/inondations-catastrophiques-a-arles.html

http://www.donnees.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/include/publi/pdf/Monographie_crue_rhone_200312.pdf

http://www.donnees.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/include/publi/pdf/colloq_arles_dec2004/Colloque-Arles-Synth%E8se-Enseignements.pdf

Méditerranée, C. D. B. R. (2005, December). La crue du Rhône de décembre 2003 : quels enseignements. In Colloque d’Arles (Vol. 3).

https://www.vigicrues.gouv.fr/

https://www.vigicrues.gouv.fr/niv2-bassin.php?CdEntVigiCru=20


Image-retour-Visite Guidée.png Pour revenir au menu « Visite guidée »


Pour plus d'information sur l'auteur : Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR


Le créateur de cet article est Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels