S'abonner à un flux RSS
 

Ecologie de l'estuaire de la Gironde

De Wikigeotech

Sommaire

Contexte

Lors de l'opération MASCARET qui a été conduite à Saint-Pardon sur la Dordogne les 19 et 20 septembre 2013, EPIDOR a organisé une visite d'une partie de l'estuaire de la Gironde en bateau.
A cette occasion, plusieurs scientifiques ont été conviés à présenter aux participants quelques éléments sur l'écologie de l'estuaire, l'impact de la centrale du Blayais et sur le mascaret :

Enregistrements des scientifiques

Nous présentons sur 3 pages séparées les enregistrements en live réalisés à bord du bateau (bruit des moteurs garanti!)

Ecologie de l'estuaire

  • Gestion équilibrée de l'estuaire par Guy PUSTELNIK, EPIDOR
  • Faune aquatique de l'estuaire par Charles ROQUEPLO, IRSTEA
  • Qualité des eaux de l'estuaire par Gwenael ABRIL, Université Bordeaux 1 - CNRS
  • Les poissons migrateurs par Matthieu CHANSEAU, ONEMA
  • La pêche professionnelle dans l'estuaire de la Gironde par Romain FAGEOT

Impact de la centrale nucléaire du Blayais sur l'écologie de l'estuaire

  • Esturgeons sibériens vs esturgeons européens ? par Guy PUSTELNIK EPIDOR
  • Quelques éléments sur les pompages et leurs conséquences sur la faune aquatique par Charles ROQUEPLO, IRSTEA
  • Surveillance écologique de la centrale du Blayais par Charles ROQUEPLO, IRSTEA

Le mascaret

  • Surfez la vague avec Philippe BAUDET, Association Gamberge
  • Le mascaret : un phénomène mal connu par Philippe BONNETON, Université Bordeaux 1 - CNRS

Gestion équilibrée de l'estuaire de la Gironde

Résumé : une véritable approche concertée et coordonnée a été mise en place entre les 3 établissements publics territoriaux de bassin : EPIDOR sur la Dordogne, le SMEAG sur la Garonne et le SMIDDEST sur la partie estuarienne.

Faune aquatique dans l'estuaire de la Gironde

Résumé : Charles Roqueplo d'IRSTEA souligne tout d'abord l'importance que revêt pour les espèces migratrices ce secteur de l'estuaire.

Il s'agit d'une zone très sensible située à l'aval de bassins versants très industrialisés, qui reçoit donc des substances polluantes.
En particulier, la centrale nucléaire du Bayais aspire de grandes quantités d'eau qui comportent beaucoup d'animaux (œufs, larves et juvéniles), qui sont ainsi détruits par le passage dans les turbines.
La contamination de la chaîne trophique résulte également de la présence du PCB à la durée de vie très longue. Cette substance s'accumule dans les tissus des espèces et bloque l'utilisation des lipides, ce qui provoque chez le poisson une perte d'énergie et donc une faculté moindre de se déplacer.

Qualité des eaux de l'estuaire de la Gironde

Résumé : Gwenaël Abril de l’université de Bordeaux nous parle de la qualité des eaux de l’estuaire de la Gironde, en lien avec la faune aquatique et l’activité microbiologique intense qui se développe sur l’estuaire. A cause d’une forte densité de matériaux en suspension dans la zone du bouchon vaseux, la pénétration de la lumière dans l’eau est très faible, ce qui limite fortement la photosynthèse. Ce qui prédomine dans la zone aval est la respiration microbienne, qui consiste en la dégradation de matière organique : consommation de l’oxygène et production de gaz carbonique.

Des systèmes de surveillance de la qualité des eaux de l’estuaire en continu ont été mis en place : 4 stations du réseau MAGEST (MArel Gironde ESTuaire ). Quatre paramètres sont suivis  en continu : température, salinité, turbidité et concentration en oxygène dissous, à raison d’une mesure tous les quarts d’heure. Ces mesures ont permis de mettre en évidence quelques comportements spécifiques : le déficit en oxygène migre en fonction de la position du bouchon vaseux, devient plus critique lorsque la température augmente (été). La ville de Bordeaux, par les rejets de ses stations d’épuration déverse également des nitrates dans le milieu, ce qui a conduit à rechercher à minimiser ces effets négatifs par une meilleure gestion de ces rejets, notamment pendant les orages estivaux.

Les poissons migrateurs

Résumé : Matthieu Chanseau de l’ONEMA dresse un bilan des contraintes auxquelles sont soumises les 8 espèces de poissons migrateurs dans l’estuaire de la Gironde : le saumon atlantique, la truite de mer, les 2 aloses, les 2 lamproies, l’anguille, l’esturgeon.

Le saumon atlantique a disparu de la Dordogne et de la Garonne à cause des barrages. Depuis une trentaine d’année, d es échelles à poissons sont installées sur les seuils des barrages. Des opérations de repeuplement sont régulièrement organisées : sont ainsi déversés chaque année un million de jeunes saumons. Sur les bassins de la Garonne et de la Dordogne et on constate qu’il en remonte entre 100 et 300 individus. Pendant un temps, l’estuaire constituait la plus importante population d’alose d’Europe. Il remontait quelque 500 à 600 000 poissons annuellement, contre 10 000 actuellement. En cause, les ouvrages, mais également la pêche professionnelle. La population d’anguilles a été diminuée par un facteur 10. D’où quelques mesures phare :

  • réduire la pression de pêche
  • mettre en place des opérations de repeuplement
  • assurer la continuité écologique

Matthieu Chanseau insiste également sur l’impact pour les poissons migrateurs du nombre important d’ouvrages producteurs d’électricité qui les empêchent de remonter les rivières. Ces ouvrages ne représentent en fait qu’une part infime de la production d’énergie électrique.

L'activité professionnelles dans l'estuaire de la Gironde

Résumé : Romain Fageot est pêcheur professionnel. Il nous décrit cette activité ancestrale, qui concerne la pêche des espèces migratrices, comme:
  • l'anguille aux stades de civelle ou d'anguille jaune
  • l'alose
  • le maigre
  • la crevette blanche
  • le bar
  • la lamproie marine

Cette activité nourrit 150 familles (elles étaient plus de 300 dans les années 80!)
Les pêcheurs professionnels développent une approche locale en relation directe avec le consommateur.
La qualité des eaux est un facteur primordial qui affecte directement la qualité et la quantité des poissons. C'est ainsi que les pêcheurs travaillent avec les services de l'Etat, l'EPTB, EDF. Ils ont établi sur le plan de la recherche, un partenariat avec l'ONEMA pour l'acquisition des données en vue de la préservation des milieux aquatiques.




Le créateur de cet article est Jean-Michel Tanguy
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels