S'abonner à un flux RSS
 

Le Rhône en 100 questions : 8-05 Toutes les eaux souterraines sont-elle aptes à l’alimentation en eau potable (AEP) ?

De Wikigeotech
Version du 28 novembre 2012 à 09:21 par Admin60 (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
le rhone en 100 questions multi579
Cette page fait partie du deuxième chapitre: "Le fonctionnement du fleuve", de l'ouvrage '"Le Rhône en 100 questions'", une initiative de la ZABR avec l'appui de toute l'équipe du Graie et soutenue par les instances qui ont en charge la gestion du fleuve.


Les eaux de nappe s’avèrent de manière générale de meilleure qualité pour la consommation humaine que les eaux superficielles car elles bénéficient de protections naturelles plus efficaces vis-à-vis des perturbations extérieures.

eaux souterraines et alimentation en eau potable


En cas de pollution, (en particulier nitrates, pesticides, solvants chlorés, hydrocarbures pour la nappe alluviale du Rhône), elles en propagent moins rapidement les effets, mais a contrario les temps de rémanence des polluants en nappe sont plus longs.
Le milieu filtrant et perméable favorise un certain niveau d’auto-épuration de l’eau souterraine. Mais les nappes aquifères alluviales libres (voir question 08-01 « Quelles sont les caractéristiques des eaux souterraines d’une plaine alluviale ? ») demeurent des milieux vulnérables surtout si la vitesse à laquelle peut circuler l’eau souterraine qu’elles contiennent est élevée (forte perméabilité).
En effet, elles ne sont pas aussi bien protégées que les nappes captives dont le toit est plus étanche ; toute pollution à partir de la surface peut se propager très rapidement en quelques heures ou quelques jours dans les puits de captage en fonction de leur rayon d’influence. Cette sensibilité à la pollution est accentuée par la faible profondeur des nappes d’accompagnement du Rhône.

Les nombreux champs de captage qui ont été créés dans les nappes du Rhône pour l’alimentation en eau potable des communes qui jalonnent le cours du fleuve, doivent être surveillés et protégés.
À certains endroits, là où les activités anthropiques sont importantes et mal organisées, l’eau de la nappe n’est pas directement consommable sans traitement.
Parfois les traitements sont tellement coûteux ou compliqués qu’il vaut mieux abandonner les captages et connecter le réseau d’adduction en eau potable à d’autres captages produisant une eau conforme du point de vue physicochimique et bactériologique aux eaux de consommation.


La non potabilité des eaux souterraines peut avoir plusieurs origines


zone de captage de croix luizet crepieux charmy
  • Des pratiques agricoles mal contrôlées ou non raisonnées utilisant par exemple des engrais azotés ou des fertilisants qui ont lessivés immédiatement après une période pluvieuse non anticipée, des labours trop profonds entraînant l’infiltration dans le sol de substances polluantes et toxiques.
  • Le traitement mal adapté des rejets industriels dû aux dysfonctionnements de stations d’épuration industrielles (quand elles existent).
  • Le développement des zones habitées en milieu rural sans assainissement non collectif conforme (les fosses septiques des habitations individuelles ou des lotissements n’étant pas toujours reliées à un dispositif d’épuration complémentaire efficace qu’impose la réglementation des Services Publics d’Assainissement Non Collectif (SPANC) – épandage, lagunage, filtre à sable, bassins à macrophytes…

Dans les zones de montagne, le salage trop systématique des routes peut provoquer une dégradation de la qualité de l’eau des sources et du fleuve. Le cas des zones de littoral est particulier. Les eaux des nappes alluviales situées près de la mer peuvent être chargées excessivement en chlorures si les captages sont situés dans la zone dite de biseau salé (pénétration de la mer dans les terres ou le fleuve). L’eau qu’ils produisent n’est pas potable et non utilisable pour l’irrigation.


Une gestion intégrée


Une gestion intégrée conjointe des eaux de nappes et des eaux de surface doit donc être conduite pour garantir la potabilité des ressources en eau souterraine avant qu’elle ne se dégrade davantage. Ces réserves sont stratégiques pour les générations futures. C’est dans ce sens qu’oeuvre la DCE (Directive Cadre européenne sur l’Eau).

captage d eau potable dans la nappe de la valloire a manthes

Ce qu’il faut retenir


Les eaux de nappes s’avèrent, de manière générale, de meilleure qualité que les eaux superficielles car les terrains jouent un rôle de filtre sur certains polluants.
Cependant, les nappes alluviales sont plus sensibles que les autres à la pollution de par leur faible profondeur et le fait qu’elles ne sont pas protégées de la surface par un toit étanche.
Dans certaines zones le long du fleuve, les eaux de la nappe alluviale sont non potables pour diverses raisons : pollutions agricoles ou industrielles, salage excessif des routes, pénétration de l’eau de mer en zone littorale.




question précédente |retour au sommaire | question suivante


Outils personnels