S'abonner à un flux RSS
 

Gaz à effet de serre / GES (HU)

De Wikigeotech
Version du 29 mai 2020 à 10:50 par Marie Caouissin (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Traduction anglaise : Greenhouse gaz / GG

Dernière mise à jour : 27/2/2020

Les gaz à effet de serre (GES) sont des gaz qui laissent passer le rayonnement solaire mais absorbent une partie du rayonnement émis par la terre.

Sommaire

Différents gaz à effets de serre

L’augmentation de leur concentration dans l’atmosphère est à l’origine du réchauffement climatique actuellement observé (Voir Changement climatique). Plus d’une quarantaine de gaz à effet de serre ont été recensés. Ceux dont les concentrations dans l’atmosphère ont le plus augmenté du fait des émissions anthropiques sont le dioxyde de carbone ($ CO_2 $), le méthane ($ CH_4 $), l'ozone ($ O_3 $), le protoxyde d'azote ($ N_2O $), l'hydrofluorocarbure ($ HFC $), le perfluorocarbure ($ PF $C) et l'hexafluorure de soufre ($ SF_6 $).

Importance du secteur de l'eau dans l'émission des gaz à effet de serre

Le secteur de l’eau est lui-même responsable de l'émission de gaz à effet de serre. Trois sources principales peuvent être identifiées.

Les barrages

Les émissions de gaz à effet de serre lors de la phase de construction semblent peu significatives sur le cycle de vie complet des réservoirs hydroélectriques. En revanche, les émissions en cours d’exploitation ont été pointées du doigt depuis une vingtaine d’années. Elles sont essentiellement dues à l’inondation d’écosystèmes continentaux. Ces émissions, essentiellement sous forme de méthane, ont deux causes principales :

  • La dégradation de la matière organique ennoyée lors de la mise en eau de la retenue ;
  • Le stockage et la décomposition des sédiments venant de l’amont et piégés par le barrage.

Les résultats des différentes études réalisées sont extrêmement discordants et les chiffres cités (généralement exprimés en kg d’équivalent $ CO_2 $ émis par kwh produit) varient dans un rapport de 1 à 100 000 ! Différents facteurs expliquant cette variabilité ont été proposés : âge de la retenue, profondeur, région climatique, etc., mais d’autres facteurs encore mal compris semblent exister. Dans le cas de retenues de faible profondeur construites en zone tropicale, les émissions peuvent être plus importantes, voire beaucoup plus importantes, que celles d’une centrale thermique (Source : dossier Eaumelimélo sur les barrages.)

La production et distribution d'eau potable

Les installations de production et de distribution de l'eau potable consomment également de grandes quantités d’énergie et sont donc de ce fait responsable de l'émission de GES. Petitjean (2006) donne par exemple deux exemples significatifs :

  • En Inde, les pompes prélevant l’eau des nappes phréatiques pour l’irrigation seraient responsables d’entre 4 et 6 % des émissions de gaz à effet de serre de ce pays.
  • Les différentes consommations énergétiques liées à l’eau représenteraient au total (en incluant l’utilisation de l’eau pour le refroidissement ou le chauffage) 18 % de la consommation d’électricité et 30 % de la consommation de gaz naturel de toute la Californie.

L'épuration des eaux usées

L'épuration des eaux usées représente une autre source de production de gaz à effet de serre, principalement de méthane et d’oxyde d’azote. C'est sans doute dans ce secteur que des progrès rapides sont possibles, la récupération du méthane permettant de transformer un déchet en ressource.

Bibliographie :

Outils personnels