S'abonner à un flux RSS
 

Le Rhône en 100 questions : 2-09 Les apports du Rhône sont-ils importants pour la vie dans les eaux du golfe du Lion ?

De Wikigeotech
le rhone en 100 questions multi579
Cette page fait partie du deuxième chapitre: "Le fonctionnement du fleuve", de l'ouvrage '"Le Rhône en 100 questions'", une initiative de la ZABR avec l'appui de toute l'équipe du Graie et soutenue par les instances qui ont en charge la gestion du fleuve.













Le Rhône est le premier fleuve de Méditerranée en terme de débit. Ses eaux s’écoulent en mer sous forme d’un panache de dilution qui, dévié par le courant nord-méditerranéen, se dirige vers le sud-ouest et le golfe du Lion. Le Rhône représente plus de 90 % des apports liquides et solides au golfe.



Sommaire

Qui bénéficie des apports dissous ?


une daphnie
Les apports dissous, en particulier les sels nutritifs (nitrates et phosphates) sont consommés dans la colonne d’eau par le phytoplancton**, notamment en bordure du panache et des lentilles qui s’en détachent. Ces dernières sont très productives et influencent une grande partie du golfe du Lion. Ainsi, 70 à 80 % de la production primaire pélagique* du golfe seraient dus aux apports du Rhône. La production primaire phytoplanctonique est utilisée par le zooplancton** qui sert lui-même de nourriture aux petits poissons pélagiques, comme la sardine et l’anchois. Elle est ainsi à la base des chaînes alimentaires conduisant aux prédateurs de ces poissons, comme le merlu ou le thon.




Qui bénéficie des apports solides ?


Les apports solides du Rhône, à la fois minéraux et organiques, sont proportionnels au débit du fleuve. Face à l’embouchure, le taux de sédimentation est maximum ce qui entraîne la formation d’un prodelta (delta immergé).
Dans les sédiments du prodelta, la contribution des apports terrestres au carbone organique est partout supérieure à 50 %.
Cette influence terrestre forte reste sensible vers l’ouest jusqu’à soixante kilomètres de l’embouchure. Ces apports solides, auxquels se surajoute la matière organique issue de la sédimentation de la production planctonique, contrôlent la distribution des peuplements d’invertébrés benthiques*** (coquillages, vers, crustacés…) : leur biomasse est multipliée par trois face à l’embouchure du Grand Rhône et leur densité moyenne annuelle évolue dans le temps suivant le débit moyen du fleuve.
Ces invertébrés benthiques servent de nourriture à de nombreux poissons de fond (rouget, lotte, sole, cithare…).
Les apports solides du Rhône sont ainsi à la base des chaînes alimentaires conduisant à ces espèces exploitées.


Importance du Rhône pour les poissons


[[Image:la_sole_commune_[solea_solea].jpg|center|thumb|160px|la sole commune [solea solea]]]Des corrélations positives ont été observées entre la distribution et l’abondance de nombreuses espèces de poissons (merlu, sole, cithare, cardine, lotte) et la proximité du delta du Rhône. Ces travaux montrent aussi que, pour une espèce donnée, la croissance, la reproduction et la survie, sont plus élevées dans l’est du golfe du Lion que dans l’ouest et ce, aussi bien pour des poissons vivant en pleine eau (sardine) que pour des poissons de fond (sole commune).

Ainsi, l’enrichissement des eaux du golfe du Lion par les apports dissous et celui des sédiments par les apports solides du Rhône régulent l’abondance des poissons tant au niveau du fond que de la colonne d’eau et contribuent fortement au maintien et au renouvellement de leurs stocks dans le golfe.

Dans le cas de la sole, ceci s’explique par l’augmentation, après les crues, des populations des proies principales des soles, le cycle de vie de ces proies et celui de la sole. Une technique analytique performante (isotopes stables) a permis de montrer que c’est bien le carbone organique apporté par le fleuve qui est à la base de la chaîne alimentaire qui conduit à cette espèce.

  •  Pélagique : organisme vivant en pleine eau (contraire de benthique).
  •  Plancton : végétaux (phyto) et animaux (zoo) de petite taille se développant dans les couches  supérieures des eaux marines et douces.
  •  Benthique : vivant sur le fond (contraire de pélagique).
abondance moyenne des polychetes et debit du rhone

Ce qu’il faut retenir


Du point de vue biologique, la Méditerranée est un environnement très diversifié mais peu productif.
L’impact hautement bénéfique des apports liquides et solides du Rhône crée un contraste fort entre le golfe du Lion et le reste du bassin nord occidental méditerranéen.
Ainsi, le golfe du Lion fournit, tous produits confondus (poissons, crustacés et coquillages), plus de 90 % des quantités débarquées sur les côtes françaises de Méditerranée.




question précédente | retour au sommaire | question suivante


Outils personnels